Menu

1ère commission de français 2012

Cette première commission de l’année 2012 était animée par Michel Malgouzou (Animation de lettres, direction). Les professeurs présents à cette commission étaient les suivants : Laurence Hnaia (Collège Do Néva), Elise Ixepe (Collège Eben Eza), Maylis Oroffino, Isa Qala (Collège Havila), Roseline Enoka (Collège Hnaizianu), Monique Wadewe, Aurélie Poyau(Collège Tarémen), Catherine Poedi (Lycée Do Kamo), Joachim Pebou-Polae (Boaouva Kaleba).

l

A. Bilans des évaluations communes 6ème 2012

Les tests J’ADE se découpent en grands ensembles appelés champs (Connaissance de la langue, Ecrire, Lire et Dire). Ces champs regroupent 14 compétences (voir le tableau ci-dessous) qui à leur tour se décomposent en une série de 40 composantes. Ainsi, dans J’ADE, chaque item noté par les enseignants selon un codage particulier (1, 9 ou 0 la plupart du temps) correspond à un triplet Champ-Compétence-Composante. Par exemple, l’item 006 (Reconnaître les principales étapes d’un récit) correspond au triplet Lire-Repérer la chronologie-Reconstituer l’ordre d’un récit.

Compétences
Dégager les idées essentielles d'un texte documentaire ou littéraire
Utiliser ses connaissances sur la langue pour comprendre un texte
S'appuyer sur les différentes formes de reprises nominales et pronominales pour comprendre un texte
Construire une nouvelle information
Repérer la chronologie
Identifier un texte
Utiliser des usuels (dictionnaires, manuels, etc.)
Distinguer la classe grammaticale des mots
Distinguer la fonction des mots dans la phrase
Reconnaître le mode, le temps et le groupe des verbes
Maîtriser l'orthographe grammaticale
Écrire correctement des mots sous la dictée
Produire un texte
Lire à haute voix, de façon expressive, un texte narratif déjà connu

Les évaluations présentes sur ce site à l’adresse suivante permettent seulement de connaître les résultats des élèves de l’Alliance Scolaire dans les quatre grands champs des tests J’ADE.

http://www.alliance-scolaire.nc/?p=2677

Les évaluations communes de cette année en français ont abouti à un pourcentage de réussite de 44 % en français (40 % en mathématiques et 39 % en histoire et géographie. La différence entre le collège avec les meilleurs résultats en français (Do Neva avec 49,5 %) et celui avec les moins bons (Baganda avec 37,3 %) est de 12,2 %.

Les meilleurs résultats sont obtenus pour le champ Lire (avec 59 % de réussite), les moins bons pour le champ Grammaire/Connaissance de la langue (avec 30,6 % de réussite). Pour mémoire, dans l’ancienne version des tests, c’étaient les champs Ecrire et Transformer un texte qui obtenaient les résultats les plus catastrophiques. Cette année, les résultats pour le champ Ecrire sont de 36,6 % avec cependant des variations importantes (Dö Mwà à 56,3 % et Baganda à 19,2 %). Pour la compétence Dire, les différences sont également importantes avec 69 % de réussite à Do Neva contre à peine 20 % à Baganda.

Ces différences nous amènent à penser que, lors de notre prochaine commission, nous devrons absolument nous entendre sur nos procédures de passation. Il est en effet très important d’être ferme sur le principe de non assistance de nos élèves durant les tests. Le fait de varier dans notre façon de faire passer ces tests fausse les résultats obtenus et peut cacher les problèmes rencontrés par nos élèves.

Pour rappel, les résultats des évaluations des établissements du public (chiffres 2011) étaient de 59,1 % pour tout le territoire (44,3 % ASEE 2012), de 53,2 % (42,1 % ASEE 2012) pour la Province Nord, de 61 % pour la Province Sud et de 48,3 % (43,7 % ASEE 2012) pour la province des Îles. La plus grosse différence se situe à la fois dans le résultat global (- 16 %) et dans les chiffres de la province Nord (- 11 %). Si –et encore une fois, la façon dont les tests sont passés est importante- le retard qui nous caractérisait est en train de se combler, c’est un signe encourageant pour nos élèves. Il nous suffit d’obtenir les statistiques des établissements publics pour tirer une conclusion aussi positive.

Le graphe suivant permet de suivre l’évolution des résultats des différents établissements sur les trois années passées. En survolant les barres, vous obtenez les résultats en pourcentage (Il manque les résultats aux évaluations 2011 des collèges Do Neva et Eben Eza). La population de nos établissements étant peu nombreuses, il peut y avoir d’une année sur l’autre, des variations importantes. Dans l’ensemble, les résultats sont néanmoins très stables (au dessous de 50 %), seuls Dö Mwà et Taremen en 2010 sont passés sous la barre des 30 %, ce qui représente des scores très faibles pour une évaluation de 6 ème. En métropole, les résultats des évaluations en entrée de 6 ème tournent autour des 60 % avec un décrochage à 50 % pour les ZEP.

l

B. Socle commun de connaissances et de compétences

La mise en place du socle commun (palier 3) se fait petit à petit dans les collèges. Cependant, les tâtonnements sont nombreux. L’idéal représenté par un partage des évaluations des compétences et des connaissances entre les enseignants n’est pratiqué que très partiellement. Dans la plupart des cas, on demande aux professeurs d’évaluer les compétences qui correspondent à leur domaine d’intervention ; ainsi les enseignants de français se chargent de la compétence Maîtrise de la langue française.  Une coordination plus importante (via le conseil pédagogique, structure à mettre en place dans les établissements) permettrait de répartir les items à évaluer (On pourrait par exemple, demander à l’enseignant d’EPS d’évaluer l’item Formuler clairement un propos simple en cours d’EPS, notamment quand une fonction d’arbitrage est attribuée à un élève. Il faut également rappeler que l’évaluation –et partant sa validation- du socle commun doit débuter dès la 6ème. Une quasi-nécessité pour que ne produise pas le phénomène de validation au kilomètre que de nombreux établissements ont connu en fin de 3ème.

Dans tous les établissements, les enseignants présentent formellement les items à leurs élèves. Ceux-ci sont donc conscients qu’un changement est intervenu dans leur évaluation au quotidien (nombreux sont les enseignants à rappeler qu’ils décomposaient déjà les critères de réussite d’une évaluation en somme de compétences à acquérir avant que ne soit imposée la réforme du socle commun). L’animation de lettres a également proposé que soit indiqués en fin de chaque évaluation les items du socle commun évalués lors des contrôles ; bien sûr cela impose une surcharge de travail (indiquer à la fin d’un devoir de rédaction les items évalués peut paraître fastidieux).

Solution technique : Pronote

Comme l’Alliance Scolaire a choisi d’utiliser ProNote dans ses établissements, la gestion du socle commun est grandement simplifiée. En effet, chaque enseignant a la possibilité d’évaluer au cours de l’année chaque élève. Ainsi Pronote permet d’effectuer les opérations suivantes :

  • Définir des compétences à évaluer en fonction des classes (onglet Compétences/définition)
  • Créer des compétences personnalisées
  • Evaluer les compétences en évaluant le niveau d’acquisition d’un item (en cours d’acquisition, acquis, non acquis, etc.)
  • Valider de manière automatique ou non une compétence en fonction du niveau d’acquisition de l’élève des différents items
  • Faire apparaître les compétences validées sur le bulletin de l’élève

En 2013, étant donné que tous les établissements auront mis en place Pronote, un stage APEP pourra permettre d’unifier les pratiques de l’Alliance Scolaire pour que chaque établissement évalue de manière similaire leurs élèves.

Outre l’aspect technique de la gestion du socle commun, il paraît indispensable d’orienter la réflexion sur les changements induits par le socle commun sur notre manière d’enseigner (quid de la performance, problématique de l’opposition notes vs compétences, interdisciplinarité, création des compétences correspondant aux spécificités de notre public, etc.)

l

C. Brevet blanc 2012

L’épreuve de français du diplôme national du brevet (DNB) sera modifiée en 2012 en métropole et en 2013 en Nouvelle-Calédonie.

Voici in extenso les modifications apportées à cette épreuve. Comme on peut le constater, l’élève est amener à justifier son point de vue dans la première partie de l’épreuve ; ce qui correspond bien au programme de la classe de troisième, privilégiant l’argumentation.

Première partie : Compréhension de texte, réécriture et dictée (1 heure 30)

Un texte d’une trentaine de lignes maximum, d’un auteur de langue française, est remis au candidat.

La compréhension du texte est évaluée par une série de questions qui prennent appui sur le texte distribué. Certaines de ces questions sont d’ordre lexical et grammatical. D’autres engagent le candidat à réagir à sa lecture en justifiant son point de vue.
La maîtrise de la langue et de l’orthographe est évaluée :

  • par la réécriture, en fonction de diverses contraintes grammaticales, d’un passage ou de plusieurs passages du texte proposé au candidat. Le sujet donne des consignes précises sur les modalités de cette reformulation (modification de formes verbales, changement de l’ordre des mots, de genre, de nombre, etc.). Elles entraînent des transformations orthographiques que le candidat doit effectuer en réécrivant le texte initial ;
  • par la dictée d’un texte de 600 à 800 signes, de difficulté référencée aux attentes orthographiques des programmes.

Cette dictée est effectuée au cours des trente dernières minutes de cette première partie d’épreuve.

Les candidats présentant un handicap peuvent demander à composer sur le texte de dictée aménagée.

Seconde partie : Rédaction (1 heure 30)

Deux sujets de rédaction au choix sont proposés aux candidats.

L’un fait essentiellement appel à l’imagination et prend appui sur le texte initial ; l’autre demande une réflexion sur une question ou un thème en relation avec le sens du texte.

Les candidats doivent produire un texte correct et cohérent, d’une longueur de deux pages au moins (environ trois cents mots). Ce texte doit être structuré, construit en paragraphes, correctement ponctué.

Comme cette réforme sera mise en place en 2013 en Nouvelle-Calédonie, le brevet blanc de cette année (du 8 au 12 octobre 2012) ne prendra pas en compte cette réforme. Le sujet du brevet blanc sera créé par l’animation de lettres. Il s’appuiera sur un texte local (un extrait peut-être du récit autobiographique d’Elie Pidjo, Enfance meurtrie ou la biographie d’André Dang, Mystère Dang).

l

D. Séquence commune 3ème (Autour du drapeau)

lEn 2010, l’animation de lettres n’a pas tenu sa promesse de mettre en place une séquence commune pour les classes de 4ème de l’Alliance Scolaire (pour cause notamment de départ de l’animateur en stage pour une période de trois mois à l’IUFM). Le projet est relancé pour les classes de troisième avec comme sujet le thème des drapeaux calédoniens. Cela permettra de travailler sur l’argumentation. Les documents suivants serviront de support à cette séquence :

  • Les articles de presse concernant ce débat
  • Les articles des sites officiels des différentes forces politiques du Territoire
  • Des extraits vidéos et sonores

L’animation de lettres proposera une séquence clé en main avec les évaluations formatives et sommatives. Cette séquence sera accompagnée des items du socle commun pouvant donner lieu à une évaluation (ainsi outre les items de la compétence Maîtrise de la langue française, on pourra évaluer la compétence Compétences sociales et civiles : Valeurs, symboles et institutions de la République ou encore Fonctionnement et rôle des différents médias).

l

E. Intervention de Catherine Poedi

Représentant le lycée Do Kamo, Catherine Poedi nous a abordé différents points concernant son établissement. Dans un premier temps, elle a tenu à rappeler les bons résultats de la filière Littéraire à Do Kamo : 82 % de réussite au baccalauréat en 2011 (14 réussites pour 3 échecs). Elle a ajouté que de plus en plus, les élèves choisissaient cette filière contrairement à l’idée reçue qui veut que le baccalauréat L soit une orientation par défaut.

Elle a également présenté les nouveaux dispositifs institués par la réforme du lycée :

  • Le projet personnalisé de l’élève (PPE) qui doit regrouper le conseiller d’orientation, le professeur principal de l’élève et l’enseignement chargé du suivi de ce PPE. La mise en place de ce projet permet aux élèves de se déterminer plus rapidement sur des orientations post-baccalauréat. Le dispositif de pré-inscription à l’université a également été très positif. Seul bémol à ces procédures, l’absence de prise en compte de la personnalité de l’élève, sur ses savoir-faire, ses savoir-être. On n’oublie les critères humains pour ne s’en tenir qu’aux notations des bulletins. Il faudrait peut-être définir des compétences autres que celles retenues par les institutions dans le travail d’orientation des élèves (ce que le socle commun permet de faire, en donnant la possibilité à l’équipe éducative de créer des compétences originales).
  • Les enseignements d’exploration choisis à Do Kamo ; ceux-ci s’orientant vers des sujets fortement localisés (L’exposition des Kanak via le livre de Didier Daeninckxs, Les bambous gravés). La présentation des enseignements d’exploration de Do Kamo est consultable sur le site du lycée : www.dokamo.nc (menu Pédagogie/Enseignement d’exploration)

l

F. Documents à télécharger

  Livret personnel de compétences (621,3 KiB, 655 hits)

  Notions de grammaire (collège) (55,0 KiB, 854 hits)

Laissez un commentaire

*