Menu

Do Kamo : pour un nouveau projet de société : Partie I

C’est une reformulation permanente. Et je dirai que notre lutte actuelle, c’est de pouvoir mettre le plus possible d’éléments appartenant à notre passé, à notre culture dans la construction du modèle d’homme et de société que nous voulons pour l’édification de la cité

Jean-Marie Tjibaou

Voilà donc le challenge auquel nous sommes invités à participer, la construction de ce modèle d’homme et de ce modèle de société. Le défi est majeur mais il est aussi civilisationnel. Faut-il penser d’abord l’homme ou le modèle de société ? Les programmes des différents partis en lice pour les échéances provinciales de mai prochain font émerger des modèles de société qui semblent légitimement répondre aux problématiques socio-économiques de ce pays. Toutefois, est-on sûr que le modèle d’homme que nous formons actuellement est apte à vivre dans ces différents scénarios idéals ? Je n’en suis pas si sûr… La violence à l’école, les tensions inter-ethniques, l’alcoolisation massive, les addictions, tous ces phénomènes sont symptomatiques d’une société en souffrance.

Penser que tous ces problèmes se régleront comme par magie en améliorant les conditions sociales de vie, me semble faire preuve de naïveté béate. Ce serait dupliquer une autre « fausse bonne idée », celle qui nous a maintenu en haleine pendant plus de 30 ans, les accords feraient naître ce vivre-ensemble et consolideraient ce destin commun. On en est où, aujourd’hui ? Alors, c’est comment ?

Certes, il y a eu des avancées sociales et elles sont notables notamment dans la formation et la promotions des cadres kanak et calédoniens. Objectivement, on peut considérer que les conditions matérielles de vie se sont considérablement améliorées pour la population calédonienne. Et toujours de manière objective, l’écart entre ceux qui vivent bien et ceux qui vivent dans la précarité, s’est aussi globalement accentué. Nous voilà donc, dans un pays qui au travers d’une « économie augmentée » (dopée par les transferts financiers très généreux de la France…si si très généreux !), permet d’offrir un niveau de prestations de services publics sans commune mesure dans le Pacifique et la mise en route d’infrastructures dignes de pays développés (le Médipôle, Néobus). Cette marche accélérée et forcée du développement économique de notre archipel nous a sans doute laissé penser que de ce bien vivre-vivre, il y aurait un effet causal de « bien-être » et que de ce « bien-être », cela nous conduirait à «être bien.»

Cinquantenaire de l’Alliance Scolaire en 2008

Force est de constater qu’il n’en est rien, en particulier pour les kanak et les océaniens. Nous n’y arrivons pas, un mal être persiste surtout chez une grande majorité de nos jeunes…Pourquoi ? Tout simplement (mais ce n’est que mon avis) parce que nous avons vécu dans cette grande illusion que cette promesse de surenchère de bonheur économique et matérielle nous permettrait de mieux vivre. Nous constatons à nos dépens que ce modèle de développement socio-économique a son revers : elle a créé des « métastases » de perte de sens dans nos existences ; elle a accentué des carences dans notre humanité d’insulaire et distillé une forme de pollution symbolique de notre âme océanienne. Non, nous ne nous retrouvons pas dans ce modèle.

Alors, comment faire ?

Il faut d’abord préparer et former l’homme !

Il faut faire renaître l’homme insulaire –et cela quel que soit son origine- pour qu’il devienne un Do Kamo ; notre ancien leader politique nous a donné des éléments de réponse : « mettre le
plus possible d’éléments appartenant à notre passé, à notre culture dans la construction du modèle d’homme” Il savait que la réponse est en partie dans notre passé et notre culture mais il n’invitait pas à une vision nostalgique d’un passé idéalisé comme certains discours politiques. Rappelez-vous, « notre identité est devant nous ».

Mais encore mieux, nos Vieux ont donné des clefs pour nous aider à répondre à cette forme d’érosion de notre humanité : en effet dans les différentes langues kanak, on retrouve cette constante linguistique et culturelle: le Do Kamo, le Nyipi Atr, le Nidi ngome… Dès l’aube de notre humanité d’insulaire, ils ont su que pour enrayer cette marche inexorable vers notre probable aliénation, il était vital que l’homme océanien se fixe un idéal d’humanité : «le vrai homme».

Cet idéal n’est pas figé, il est sans cesse « reformulé », voire poli aux injonctions du temps présent et aux défis sociétaux contemporains. Cet idéal nécessite une formation, qui doit nourrir toutes les facettes de la personnalité de l’océanien. C’est donc une éducation totale et holistique : c’est la formation du Do Kamo. Cette philosophie éducative multidimensionnelle s’inscrit dans le projet éducatif de l’Alliance Scolaire (ASEE).

Afin de mieux comprendre l’intérêt de prendre en compte la formation du Do Kamo pour repenser l’école, je vous propose de cerner les problématiques auxquelles nous sommes confrontées, à l’approche du terme des accords et des nouvelles échéances référendaires (2020 et 2022).

Nous verrons dans une deuxième partie, en quoi la voie du Do Kamo peut véritablement conduire à une communauté de destin et à un projet de société viable.

 

 

 

Laissez un commentaire

*